institut européen psychanalyse et travail social  
   N° de déclaration: 91.34.04490.34   
Lettre info

Partage Facebook
Partagez votre amour pour psychasoc avec vos amis !

REZO Travail Social
Connexion au REZO Travail Social

Musique
Lecteur de musique

Livres numériques

Accueil

site

Animé par Joseph ROUZEL, psychanalyste, formateur et superviseur, met au travail la confrontation entre psychanalyse et travail social. C'est un espace de réflexion, d'élaboration, de partage. Il fait circuler des textes libres , dispose d'un forum de discussion , d'un kiosque de critiques d'ouvrages  récents et présente des propositions de formations en travail social .

formations

"Toute formation humaine, affirme Jacques Lacan, a pour fonction, par essence et non par accident, de refréner la jouissance" (in Autres écrits). La formation professionnelle continue est un mode d'intervention sociale pour les apprentissages et les remises à jour qu'elle procure. De plus, elle favorise un questionnement chez les travailleurs sociaux quant à la place qu'ils occupent auprès des personnes dont la société leur confie l'accompagnement.
Dans les stages de PSYCHASOC  où interviennent une vingtaine de formateurs, nous mettons au travail une clinique, une éthique et une politique du sujet dans le champ social.

consulter le catalogue

Formations 2018
Formations 2017

Actualités

Derniers livres parus


Voir tous les livres »

Derniers documents audio parus

Les deux éthiques , Joseph Rouzel
 
 

Voir tous les documents audio »

Derniers documents vidéo parus

 

Voir tous les documents vidéo »

Derniers articles parus

Fondements de l’approche interculturelle
jeudi 23 novembre 2017

La diversité en France est une réalité. Elle se donne à voir de manière différente en fonction des départements et de la nature des structures de soins ou d’accueil et d’accompagnement.
Au bout de plusieurs années de pratique dans le champ de la formation continue auprès des travailleurs sociaux et acteurs éducatifs, les questionnements des professionnels au sujet de la culture de leurs usagers n’ont pas changé dans le fond. Le contexte socio-politique, à travers la réalité du terrorisme et de la radicalisation les a, des fois, mis en avant et d’autres fois, il les a noyé dans des discours plus passionnels rendant plus rigides quelques stéréotypes et préjugés.

Est-il pertinent d’opposer les termes bénévole et professionnel ?
jeudi 23 novembre 2017

Les évènements mondiaux sollicitent régulièrement, et de plus en plus souvent, les organisations et l’altruisme de leurs intervenants. Dans ce contexte, le bénévole remplace t-il le professionnel ou, au contraire, lui apporte-t-il son concours ? Faisant appel à des bénévoles, les professionnels sont-ils prêts à partager avec eux leurs champs d’action ? Sont-ils prêts à analyser en commun leurs pratiques et, au-delà, enrichir mutuellement leurs connaissances respectives ?

Croire en soi, Croire en l’Autre : quand l’utopie du Vivre- Ensemble devient possible
mardi 14 novembre 2017

On reproche souvent aux éducateurs et notamment à la Prévention spécialisée1 de ne pas être suffisamment visible quant à ses modes d’intervention. Chaque jour, des éducateurs de rue vont à la rencontre d’adolescents, de jeunes, qu’ils soient mineurs ou majeurs pour lesquels il y a des risques de marginalisation, d’auto-exclusion ou de précarité sociale... Le travail de l’éducateur n’est pas toujours palpable pour le grand public, c’est souvent un travail que l’on pourrait qualifier d’invisible, de complexe et qui s’inscrit dans le temps. 

SUIS-JE DEFINITIVEMENT HORS SERVICE ? (PAROLES D’UNE EDUCATRICE, DE LA LOYAUTE AU REFUS DE LA COMPLICITE)
jeudi 02 novembre 2017

Je me pose encore une fois des questions. Mais cette fois-ci je vais mettre le nom commun « question » au singulier, comme point central à la réflexion et au témoignage qui vont suivre,  suis-je encore capable de travailler ?  En d’autres termes, le monde du travail n’est-il réservé qu’à la médiocrité et à l’opportunisme, qu’a-t-il à faire avec une vieille éducatrice comme moi ? La dernière expérience professionnelle que je viens de vivre dépasse tout entendement et me porte au désespoir. Je sais, ce dernier mot n’est pas faible mais il n’y a aucune autre expression possible face à ce dont j’ai été témoin.

On parle un enfant
jeudi 02 novembre 2017

Evidemment ce titre qui m’est venu par surprise, dérive de l’intitulé du colloque « de l’enfant pensé à… l’enfant pensant » à l’aune d’un autre cheminement aléatoire « de l’enfant parlé … à l’enfant parlant ». Il assone également avec deux autres titres. Le célèbre article de Freud de 1919 : « On bat un enfant », qui met en scène la matrice trinitaire du fantasme. Et d’autre part le beau petit ouvrage de Serge Leclaire,  On tue un enfant , paru au Seuil en 1975. Serge Leclaire y déconstruit la figure magnifique, mais aussi terrifiante de «  His magesty the baby  », comme disait Freud, figure de l’enfant-roi et du tyran que chacun de nous porte en soi. Enfant de la jouissance qui déborde et qui exige un traitement permanent.  La vie n’est possible, écrit en substance Leclaire, qu’au prix du meurtre permanent de l’enfant merveilleux (et j’ajouterai : terrible) qui habite chacun d’entre nous.

Fragments d’analyse
dimanche 08 octobre 2017

Le 30 octobre 2013 au matin, et pour la 249 éme fois, j’entre tout fier dans le cabinet de Pierre Hattermann – psychanalyste - , avec mon « Chromebook », petit ordinateur portable que je viens d’acquérir. Selon les canons dominants de la mode - encore un coup de l’idéologie - , il est "comme il faut être", non pansu, à la ligne extra-plate, un écran de onze pouces, il démarre en trois secondes, montre en main, il est par conséquent en phase avec cette époque non épique où la plupart des gens se vivent pressés, connectés, branchés, se sentent importants et désirent participer à la folie collective ; pris dans des flux, floués-flués, réduits à des consommateurs béats-morts ; mais ils ne le savent pas…ils ne savent pas grand-chose, il y a peu de gens conscientisés, l’aliénation joue bien son rôle.

La relation d’aide en travail social
dimanche 08 octobre 2017

J’aimerai avancer sur deux pieds : d’une part faire la critique de ce terme souvent galvaudé de « relation d’aide », devenu une sorte de tarte à la crème en travail social. Il a à ce point envahi et débordé le champ du travail social qu’on en vient à désigner certains bénévoles, notamment dans la sphère familiale, comme « aidants ». Il s’agit d’en repérer les impasses et les voies sans issue, mais aussi en quoi un tel terme peut conduire au pire. D’autre part j’aimerai dégager les garde-fous de la relation d’aide, autrement dit les conditions pour l’exercer de façon professionnelle.

Voir tous les textes »

rss  | xhtml

Copyright © par PSYCHASOC
n° de déclaration : 91.34.04490.34

— site web réalisé par Easy Forma