institut européen psychanalyse et travail social  
   N° de déclaration: 91.34.04490.34   
Lettre info

Partage Facebook
Partagez votre amour pour psychasoc avec vos amis !

REZO Travail Social
Connexion au REZO Travail Social

Musique
Lecteur de musique

Livres numériques

Accueil

Référencé sous le n° 0012909

(Cliquer sur l'image pour consulter le catalogue)

Animé par Joseph ROUZEL, psychanalyste, formateur et superviseur, met au travail la confrontation entre psychanalyse et travail social. C'est un espace de réflexion, d'élaboration, de partage. Il fait circuler des textes libres , dispose d'un forum de discussion , d'un kiosque de critiques d'ouvrages  récents et présente des propositions de formations en travail social .

"Toute formation humaine, affirme Jacques Lacan, a pour fonction, par essence et non par accident, de refréner la jouissance" (in Autres écrits). La formation professionnelle continue est un mode d'intervention sociale pour les apprentissages et les remises à jour qu'elle procure. De plus, elle favorise un questionnement chez les travailleurs sociaux quant à la place qu'ils occupent auprès des personnes dont la société leur confie l'accompagnement.
Dans les stages de PSYCHASOC  où interviennent une vingtaine de formateurs, nous mettons au travail une clinique, une éthique et une politique du sujet dans le champ social.

Actualités

Derniers livres parus


Voir tous les livres »

Derniers documents audio parus

Les deux éthiques , Joseph Rouzel
 
 

Voir tous les documents audio »

Derniers documents vidéo parus

 

Voir tous les documents vidéo »

Derniers articles parus

La Création n’a aucune forme
dimanche 19 mai 2019

Malgré les persécutions de toutes sortes, la poésie s’applique à toujours refuser un ordre qui n’est pas le sien. Tout comme les Psychanalystes n’ont pas de langue commune, les artistes et les poètes non plus. Lautréamont d’ailleurs nous avertit : « La poésie doit être faite par tous. Non par un. 1 » Les tours d’ivoire sont alors démolies, mais les paroles, elles, restent vivantes, sacrées. « La poésie n’est pas le lieu où l’on épargne l’ange » , extrait d’un poème de Christof (phe) Meckel2, en rejoint cet autre : « La poésie n’est pas le lieu où l’on prend soin de la beauté. » 

EMBARQUEMENT IMMEDIAT DANS LA RENCONTRE : DESTINATION AEMO
jeudi 16 mai 2019

S'embarquer dans une aventure éducative dont on ne connaît jamais la finalité, se faire embarquer dans une relation transférentielle par un excès d'empathie ou une trop forte propension à la culpabilité constitue le point de départ de la clinique éducative. « Je me suis fait embarquer » peut-on entendre régulièrement en réunion : la rencontre éducative en AEMO se produit souvent ainsi, par cette contingence qui vient souvent nous déranger et nous embarquer dans ce que Freud appelle l'inquiétante étrangeté.

Ce soir je vais peindre un mot.
samedi 04 mai 2019

« Je vais lui refaire le portrait .» Le fait que ce mot me plaise ou pas n’aura aucune incidence sur le résultat final de l’œuvre. Ce qui m’intéresse c’est moins la structure picturale de la surface à repeindre que le fait de passer le temps sans avoir de but précis sinon la flânerie. Sa longueur où sa particule n’a rien à voir avec sa qualité intrinsèque. Les gros mots, je ne peux plus les voir même en peinture. C’est ce qui va se passer ou pas entre lui et moi qui compte.  Tout le reste n’est que littérature. D’abord pour commencer, il faut passer un chiffon humide sur ce mot, histoire d’enlever ce qui viendrait l’encombrer. La poussière peut-être pesante, Dieu gît dans les détails.

Bienveillants, encore un effort pour l’émancipation !
lundi 22 avril 2019

La bienveillance n’est-elle pas  trop  utilisée dans le travail social ? Nous l’invoquons en effet extrêmement souvent comme s’il s’agissait de l’alpha et de l’oméga de tout mode d’action, d’un sésame pour une communication réussie, d’une autojustification pour toute interaction humaine : avec de la bienveillance, tout serait pour le mieux dans le meilleur du travail social. Or, qu’il y ait çà et là de la malveillance ou de la maltraitance, que dans certains secteurs cette maltraitance et cette malveillance soient même très présentes, ne suffit pas à légitimer la bienveillance comme objectif suffisant. Pour le dire autrement, la bienveillance n’est qu’un savoir-être de base ; il ne se trouve rien d’héroïque dans la bienveillance, y compris dans une société comme la nôtre dans laquelle la malveillance est si répandue.

Retraite et retrait
samedi 30 mars 2019

Si je me penche du côté du passé, à travers les contingences de la trajectoire professionnelle, voire celles de la trajectoire vitale, je peux dire que j’ai été toute ma vie utopique, atypique, et atopique, posture inconfortable s’il en est, l’équilibre dans le déséquilibre. Expliquons : j’ai flirté souvent avec ma propre utopie, ça transcendait le morne quotidien, c’était une forme de sublimation. Sans vivre pour autant dans l’utopie – je me coltinais quand même le Réel – je vivais d’utopies créatrices, une de ses formes fut la poésie autour de mes vingt ans, une  poiésis branchée sur l’amour fou et le désir de révolution. Je sais : j’imagine combien ça peut paraitre désuet en 2019 ! Désuet, dépassé, et atypique…un peu « dinosaure » versus mélancolique. C’est ainsi que je fus aussi un éducateur atypique, un directeur atypique, dans le sens où je ne pouvais consentir à m’inscrire dans une typologie, je ne voulais pas rentrer dans des cases et être assigné à un rôle unique de force enfermant ; il fallait que je sois en-dehors, en retrait ; être dans l’être-là, mais à la marge. Prédilection obsessionnelle pour les bords, la périphérie, refus de l’emprise de l’Autre. J’étais souvent là où l’Autre ne m’attendait pas, et ça générait des malentendus. La retraite, c’est la scansion de ces malentendus.

Du normal à l’optimal
mercredi 06 mars 2019

L’homme n’a de cesse de chercher des réponses sur sa conditions d’existence, sa raison d’être et souffre de son rapport à la Vérité. Lacan dans ses séminaires fait la part belle à la philosophie, s’appuyant sur les écrits de certains d’entre eux pour déconstruire leurs concepts et apporter une relecture de la psychanalyse inventée par Freud.

NORMALISATION, INTÉGRATION OU INCLUSION À L’ÉCOLE DES ENFANTS DU SPECTRE AUTISTIQUE
samedi 09 février 2019

Depuis son individualisation en 1943 par le pédopsychiatre américain, Leo Kanner, la conception de l’autisme infantile précoce a beaucoup évolué. Faute de marqueur biologique spécifique, la définition du trouble repose uniquement sur une constellation de symptômes construite consensuellement par des votes entre professionnels, largement influencés par des groupements de famille ou des promoteurs de méthodes éducatives ou thérapeutiques. D’abord considérée comme désignant un nombre très limité de cas, la dénomination d’autisme s’est étendue d’un côté vers des enfants jusque là considérés comme souffrant d’un retard mental majeur du fait de lésions cérébrales authentifiées, de l’autre vers des sujets présentant des difficultés de socialisation, avec une intelligence normale voire supérieure ( le syndrome d’Asperger, disparu des dernières nomenclatures américaines). Le diagnostic de trouble du spectre autistique (TSA) est aujourd’hui conféré à des populations très hétérogènes auxquelles ne peut être proposée une offre unidimensionnelle.

Voir tous les textes »

rss  | xhtml

Copyright © par PSYCHASOC
n° de déclaration : 91.34.04490.34

— site web réalisé par Easy Forma