institut européen psychanalyse et travail social  
   N° de déclaration: 91.34.04490.34   
Lettre info

Partage Facebook
Partagez votre amour pour psychasoc avec vos amis !

REZO Travail Social
Connexion au REZO Travail Social

Musique
Lecteur de musique

Livres numériques

Accueil

Référencé sous le n° 0012909

(Cliquer sur l'image pour consulter le catalogue)

Animé par Joseph ROUZEL, psychanalyste, formateur et superviseur, met au travail la confrontation entre psychanalyse et travail social. C'est un espace de réflexion, d'élaboration, de partage. Il fait circuler des textes libres , dispose d'un forum de discussion , d'un kiosque de critiques d'ouvrages  récents et présente des propositions de formations en travail social .

"Toute formation humaine, affirme Jacques Lacan, a pour fonction, par essence et non par accident, de refréner la jouissance" (in Autres écrits). La formation professionnelle continue est un mode d'intervention sociale pour les apprentissages et les remises à jour qu'elle procure. De plus, elle favorise un questionnement chez les travailleurs sociaux quant à la place qu'ils occupent auprès des personnes dont la société leur confie l'accompagnement.
Dans les stages de PSYCHASOC  où interviennent une vingtaine de formateurs, nous mettons au travail une clinique, une éthique et une politique du sujet dans le champ social.

Actualités

Derniers livres parus


Voir tous les livres »

Derniers documents audio parus

Les deux éthiques , Joseph Rouzel
 
 

Voir tous les documents audio »

Derniers documents vidéo parus

 

Voir tous les documents vidéo »

Derniers articles parus

Peut-on envisager l’existence sans produire de valeurs ?
lundi 16 septembre 2019

En produisant des valeurs, l’humain tente de donner du sens à l’existence. Ces valeurs, que l’on trouve dans les systèmes de valeurs, répondent aux conceptions qu’a une société de son organisation et de son fonctionnement. Cette dynamique de détermination et de production de valeurs est intrinsèquement liée à la pratique d’évaluation. Probablement ce qui provoque une frénésie d’évaluation au sein des organisations hyper-techniciennes. Dans l’intention de rendre lisible et compréhensible la notion de valeur, l’auteur propose ici une réflexion qui se veut pratique, argumentant son propos d’après des caractéristiques qui définissent la valeur. 

De l’Acropole aux jardins de Babylone. Extrait du carnet de voyage d’une animatrice sociale…
mardi 10 septembre 2019

Une réunion institutionnelle animée par le directeur… Bon. Trois par ans environ… Ça fait causer avant, ça fait chuchoter et ricaner pendant… et après ? Et après, la chape de plomb s’abat, on remet son uniforme de bon petit soldat, et on se consacre à l’essentiel de ce pour quoi on est là : accompagner quotidiennement des personnes fragilisées… Un diaporama, un discours ponctué d’une illusion de transparence, étriqué dans une droiture maladroite et peu maitrisée.

De la fille (de) à la femme… Une (con)quête de la féminité.
lundi 05 août 2019

 Hormis sur la question de l’hystérie, Freud s’est très peu intéressé à la figure de la femme. Il l’a, pour ainsi dire, mis de côté, se contentant d’avancer « qu’il n’y a de  libido que masculine ». Ses successeurs et disciples ont également, pour beaucoup, ignoré ce champ d’investigation. Il faut attendre les travaux des psychanalystes anglo-saxons, Winnicott, Klein et Bion entre autres, pour trouver la trace de véritables réflexions sur le sujet, et encore, ces derniers se sont surtout centrés sur la dimension maternelle ; autrement-dit, sur une période spécifique de la vie des femmes. Ainsi, nous sommes forcés de constater que cet objet d’étude est longtemps resté au second plan. Or, cette place particulière mérite qu’on en dise quelque chose.

Transfert et institution. De l’actualité de la psychothérapie institutionnelle.
samedi 06 juillet 2019

Quelle place pour la psychanalyse dans les établissements médico-sociaux ? La question peut se poser si l’on s’en tient aux nombreuses critiques médiatiques, relayées par les réseaux sociaux, qu’elle essuie ces dernières années : elle n’aurait aucun fondement scientifique, contrairement aux thérapies cognitivo-comportementales et n’aurait pour effet que de culpabiliser les mères tout en laissant les personnes concernées livrées à elles-mêmes. L’objet ici n’est pas de trancher sur les causes organiques, génétiques et environnementales de tel ou tel «trouble», ni de dédouaner la psychanalyse et les psychanalystes de leur responsabilité dans les critiques qui sont émises à leur encontre. Au-delà de ces débats douloureux et passionnés, il s’agira plutôt de rappeler que la psychanalyse est tout à fait pertinente pour traiter les angoisses présentes en institutions de soin et d’éducation à partir d’une de ses découvertes fondamentales et de ses conséquences : le transfert. 

Titre provisoire (Monographie de formation de superviseur)
vendredi 28 juin 2019

J'avais d'abord mis un titre dont je n'étais pas très satisfait. J'avais donc écrit dans une parenthèse, « titre provisoire » me disant qu'au fil de l'écriture un autre viendrait le remplacer. Et puis j'ai fini par garder la parenthèse pour faire du provisoire le définitif. Comme cela se passe souvent dans nos maisons. En attendant, d'avoir fait tel ou tel travaux d'aménagement, on installe provisoirement quelque chose. Et puis le provisoire s'incruste comme pour faire un pied de nez à ce signifiant qui est celui de l'existence elle-même. J'avais donc d'abord mis un titre à titre provisoire. Et c'est le provisoire qui est resté, le titre, lui, a été effacé. Que ce soit ces mots-là qui soient restés indique cependant quelque chose de ce travail : le titre mis d'abord à titre provisoire devait s'effacer une fois que je serais arrivé au bout. Mais ce bout comme on va le voir m'a donné du fil à retordre et si j'ai fini par poser un point final, je ne suis pas sûr pour autant d'être aller au bout. On écrit souvent dans ces cas-là une conclusion qu'on fait précéder par un « pour ne pas conclure ». Eh bien pour ne pas conclure j'accueille le lecteur avec ce titre provisoire.

La Création n’a aucune forme
dimanche 19 mai 2019

Malgré les persécutions de toutes sortes, la poésie s’applique à toujours refuser un ordre qui n’est pas le sien. Tout comme les Psychanalystes n’ont pas de langue commune, les artistes et les poètes non plus. Lautréamont d’ailleurs nous avertit : « La poésie doit être faite par tous. Non par un. 1 » Les tours d’ivoire sont alors démolies, mais les paroles, elles, restent vivantes, sacrées. « La poésie n’est pas le lieu où l’on épargne l’ange » , extrait d’un poème de Christof (phe) Meckel2, en rejoint cet autre : « La poésie n’est pas le lieu où l’on prend soin de la beauté. » 

EMBARQUEMENT IMMEDIAT DANS LA RENCONTRE : DESTINATION AEMO
jeudi 16 mai 2019

S'embarquer dans une aventure éducative dont on ne connaît jamais la finalité, se faire embarquer dans une relation transférentielle par un excès d'empathie ou une trop forte propension à la culpabilité constitue le point de départ de la clinique éducative. « Je me suis fait embarquer » peut-on entendre régulièrement en réunion : la rencontre éducative en AEMO se produit souvent ainsi, par cette contingence qui vient souvent nous déranger et nous embarquer dans ce que Freud appelle l'inquiétante étrangeté.

Voir tous les textes »

rss  | xhtml

Copyright © par PSYCHASOC
n° de déclaration : 91.34.04490.34

— site web réalisé par Easy Forma